Logo COMB  
Résumé Paris-Orléans Imprimer

Paris-Orléans - Dimanche 9 Avril 2006

Champlan (91)

Le parcours de la 31ème édition de la classique FSGT Paris Orléans, organisée conjointement par le C.O.M Bagneux et l'E.C. Noisy, reliait comme chaque année le sud de la banlieue parisienne à la ville de Fleury les Aubrais, au nord d'Orléans. Les conditions climatiques furent agréables, puisque les courses ont été disputées sous un ciel voilé et sec. De plus, les coureurs ont été poussés par un vent du nord, faible mais constant, qui explique les moyennes élevées relevées à l'arrivée. En termes de participation, le succès a été au rendez-vous puisque plus de 110 personnes, dont certaines venaient même de Dijon, ont pris le départ sur chacune des deux courses.

Challenge Gérard Léna : un Challenge spécial a été créé en mémoire de Gérard Léna, dirigeant de l'U.S. métro et figure bien connue sur les courses, qui nous a quitté il y a un an. Ce prix est déterminé sur les deux premiers coureurs de chaque club dans les deux courses. Pour la deuxième année consécutive, c'est son club, l'U.S. métro, qui remporte le challenge.

TC : 121 Km

Le départ de la course Toutes Catégories est donné de Champlan. Aidé par le vent, le peloton progresse vivement jusqu'à la côte des Loges, qui marque le début de la partie la plus difficile du parcours. Une cassure scinde alors le peloton en deux, ce qui élimine définitivement une soixantaine de coureurs de la lutte pour la victoire. Après cette première sélection, de nombreuses attaques fusent dans le groupe de tête pour provoquer des échappées, mais aucun écart significatif ne parvient à être creusé dans la portion vallonnée.

Le peloton arrive alors dans la ligne droite de 40 kilomètres à travers la Beauce. Les années précédentes, le vent soufflait de côté et provoquait de nombreuses cassures. Mais cette année, il vient complètement de l'arrière. Parvenir à créer, puis maintenir durablement un écart face à un peloton lancé à vive allure relève donc de l'exploit. Ainsi, on n'observa qu'une seule échappée potentiellement dangereuse, composée d'une vingtaine de coureurs. Mais le peloton, qui a senti le danger, réagit vigoureusement avant qu'il ne soit trop tard et annihila cette tentative.

Le sprint massif semble alors inévitable tant il est difficile de faire casser le peloton. Pourtant, dans le dernier kilomètre, Arnaud Villadier, de l'U.S. Métro, place un démarrage et prend quelques dizaines de mètres d'avance. Le peloton ne revient pas sur lui instantanément et il n'en faut pas plus pour qu'il réussisse à conserver une dizaine de mètres d'avance sur la ligne. Frédéric Dujardin, de l'A.S.C.A.P., règle le sprint pour la deuxième place juste devant Stéphane Legrand, du V.C. Villejust. L'U.S. Métro, qui place 4 coureurs dans les six premiers, remporte le prix d'équipe. Le premier coureur du C.O.M. Bagneux, Jean-Luc Potier, termine à la quinzième place.

  • Le classement de la course
  • Caté 3/4/5 : 88 Km

    La course des 3ème, 4ème et 5ème catégories s'est élancée à partir de Marchais, juste après le passage de la TC. Une tradition instaurée depuis quelques années veut qu'une échappée s'en aille dès la côte de départ et qu'on ne la revoie plus avant l'arrivée. La coutume a été respectée une fois encore puisque trois coureurs parviennent à prendre le large dès le coup de sifflet. Un frein efficace de leurs coéquipiers sur les routes étroites du début leur permet de prendre rapidement une bonne avance. Puis, quelques coureurs parviennent enfin à rejoindre la tête du peloton et tentent de partir pour rejoindre l'échappée, mais leurs attaques ne sont pas couronnées de succès. La chasse ne parvient pas à s'organiser et l'avance du groupe de tête culmine à 1'40".

    Les kilomètres suivants, jusqu'à Méréville, sont le théâtre de nombreux démarrage qui, s'ils ne permettent pas à un groupe de s'échapper, ont au moins le mérite d'augmenter l'allure et de réduire l'écart à l'entrée de la ligne droite. La situation est donc limpide : à cinquante kilomètres de l'arrivée, un groupe de trois coureurs possède environ une minute d'avance sur le peloton. Mais le temps de l'échappée est compté : au fil des kilomètres, le peloton se rapproche imperturbablement, sous l'effet conjugué du vent et des attaques. Alors que l'échappée n'a plus qu'une trentaine de secondes d'avance, deux coureurs parviennent à s'échapper du peloton et à la rejoindre. Malgré ce renfort, l'écart continue de descendre ; le regroupement général a lieu à trente kilomètres de l'arrivée.

    Comme dans la TC, le sprint final semble certain. Les kilomètres défilent rapidement sans que la situation ne se décante. Mais là encore, un coureur, Jean-Philippe Minotte de l'E.C. Morsang, va créer la surprise en attaquant à moins de deux kilomètres de l'arrivée et en conservant son avantage jusqu'à la ligne. Le podium est complété par Patrick Chauvelière du V.C. Guyancourt et Noël Pannier du V.C. Trappes. Le prix d'équipe revient également à l'U.S. Métro. Le premier Balnéolais, Frédéric Franchitto, termine dans les ex-aequo.

  • Le classement de la course
  • Haut de la page Imprimer

    © COMB Cyclisme - Page mise à jour le : 08/06/2006 - Nous contacter